Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par passeurdeplantes

Solanum quitoense

     La morelle de quito ou plus couramment le narangille pour une douceur d'automne quand les hivers se font aussi doux que cette année. De son vrai nom Solanum quitosense que l'on trouve aussi sous le nom de Solanum quiotensis  que Sébastien Guillot pépiniériste collectionneur dans le Poitou propose chaque printemps.

Ce Solanum est une plante des plus singulières pour le jardin, c'est une vraie curiosité que l'on ne trouve pas toujours sur les fêtes aux plantes. Pourtant elle apporte au jardin rapidement un esprit particulier. Le feuillage du narangille est une curiosité que les voyageurs en Equator  reconnaîtront. Une plante qui a tout pour capter le regard, qui si regarde de trop près si pique. Une plante dont le feuillage prend une teinte douce d'un mauve velouté des plus agréables à l'oeil imposant sa présence dans un jardin. La douceur de la couleur du feuillage ne doit pas faire oublier la présence d'épines des plus redoutables sur la tige comme sur les feuilles.

Solanum quitoense
Solanum quitoense

Une plante qui par ses origines apprécie une plantation dans un sol riche en matière organique avec une exposition de mi-ombre. Elle pousse naturellement dans les sous-bois avec un besoin en eau régulier. Sa croissance est rapide, développant des feuilles 40 cm de long sur 30 cm de large et parfois plus comme cette année ou la régularité des pluies de l'été dernier semblent lui convenir. Les jeunes feuilles sont d'un violet très prononcé que la maturité atténue, les nervures conservent la teinte ainsi que le revers des feuilles. Dans la belle saison le feuillage est vraiment intéressant pour suggérer de l'exotisme dans les plantations ou pour simplement admier le  graphisme  des feuilles entre les nervures et la silhouette des épines.

Solanum quitoense
Solanum quitoense

Cette plante est à considérer comme une plante annuelle ou comme une plante qui demande un hivernage comme pour des Perlargoniums ou des fuchsias. Si elle est plantée en pleine terre comme je le fais chaque année, à savoir que sa transplantation  en pot entraine la perte du feuillage. Ce n'est pas gênant elle reforme facilement des jeunes pousses. Sa mutliplication se fait aussi par bouturage de tige mais l'enracinement est capricieux. De préférence prélever les jeunes pousses de la base avec un talon, cette méthode donne un meilleur résultat au printemps ( février  et mars). Autre méthode le semis des graines quand le temps clément comme cette année en région parisienne permet d'obtenir des fruits sur la  plante.

Solanum quitoense
Solanum quitoense

Les fleurs du Solanum quitoense produisent des fruits que les amoureux des physallis devraient grandement apprécier. Un gout beaucoup plus sucré que les physallis dont les Equatorien produisent un jus de fruits fortement apprécié. Si la présence des fruits est régulière dans le sud de la France et de l'Europe au-delà de la Loire un hiver qui tarde comme cette année lui est nécessaire. Vous comprendrez qu'il est préférable de la cultiver pour son feuillage que pour ses fruits. Autre détail d'importance l'apparition des fleurs se fait souvent dans nos régions la deuxième année de culture après un hivernage. Si l'envie de découvrir cette plante je vous recommande le site Alsagarden qui en commercialise des graines. La germination est facile et rapide. Une plante que je vous invite à  tester l'année prochaine,

Solanum quitoense

Si vous voulez assurer la formation des fruits il faut planter cette plante dans un très grand pot où vous prendrez le soin de lui apporter engrais et arrosage avec abondance. Elle est gourmande en azote. Laisser les fruits murir, garder le feuillage en hiver, attendre le début du printemps pour tailler. Il s'agit en général de rabbatre la plante à 30 cm pour la forcer à produire des jeunes pousses. Une plante que les insectes comme les maladies semblent ignorer. Une plante aussi décorative et attractive que la présence des épines ne doit pas vous empêcher de la planter. Retenir que plus elle produit de jeunes feuilles plus sa couleur générale sera mauve. Un pincement en juin lui donne une belle ramification Une couleur peu courante en feuillage de si grande envergure jusqu'à 1.50 de haut sur 70 cm.

Solanum quitoense

Un dernier conseil sur cette plante qui apporte un esprit lointain, jungle au jardin, la placer près de la terrasse ou il est possible d'observer son feuillage en fin de journée par transparence. Simplement fabuleux. Une plante qui change l'esprit du lieu où elle se trouve. Une plante pour rêver d'un jardin extraordinaire. Une plante qu'il faut souvent réserver chez les pépinieristes, ne pas attendre la dernière minute.

Commenter cet article