Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par passeurdeplantes

rubus-goldenvale.jpg

     Rubus cockburnianus goldenvale une ronce d'ornement qui apporte une touche de fraicheur dans un jardin comme d'apporter de la lumière à un espace de jardin sombre. En cette saison son bois blanc fait tout l'esprit hivernal de cette plante. Un teint blanc qui laisse pas indifférent au contraire de très nombreux jardiniers l'implante justement pour cet aspect-là.  Moi c'est la fraicheur de son feuillage qui me plaît, un jaune que la nuance de lumière transforme tout au long de la journée. D'une pointe de jaune vert qui pointe pour devenir jaune lumineux presque fluo sous une lumière traversante. Tout pour devenir amoureux de cette plante. Justes  des sentiments qu'elle peut apporter au jardin quand on la regarde. A plus y regarder faut il l'a placé face au soleil ou entre le soleil et le regard que l'on lui porte  de la maison. rubus-goldenvale-cokburnianus-1.jpg

Discrète ou forte elle prend son temps pour donner le plus beau d'elle-même, pour se livrer le temps d'un été, épanouie pleine de maturité avec ce petit plus qui capte le regard à être juste contemplatif avec cette belle ronce. Une beauté des beaux jours qui trouve en hiver  le répondant pour afficher la force de ses défenses. Une plante qu'un nombre de jardiniers blessés arrivent  à peine a protéger de   l'amour des cerfs, des chevreuils et des jeunes faons au printemps. Une plante que se fait remarquer, qui trouve toujours pour étonner ou nous surprendre dans l'année au jardin. Sa simplicité, son origine maternelle lui doit son aspect naturel mais avec l'exotisme des belles qui font rêver. Sa filiation maternelle trouve son origine au Sichuan pour apporter sa rusticité et sa capacité à tenir face à la force des éléments. Le plaisir d'un jardinier comme moi de trouver autant de qualité chez une plante est parfois à la hauteur des stratagèmes que l'on doit inventer pour conserver nos plantes.ronce-d-ornement-jaune-bois-blanc-1.jpg Penser que la vigueur, rusticité et aiguillons de défense sans y connaitre de paraistes,de maladies seraient un peu comme le Saint Graal dans le jardin. C'est oublié la présence d'aussi beaux animaux que les cervidés,  de plus  amoureux des jeunes poussent aux printemps, des feuilles en été, du bois cassés quand ils se frottent.  En jeune jardinier si proche de la nature, ou le naturel du jardin , la recherche d'un équilibre se pose. Le naturel sans clôture  est parfois dur. L'oublier c'est ce refusé à la beautée de cette plante.  Triste expérience des débuts, mais comme tous jardiniers qui se respectent l'expérience s'acquièrent en jardinant, du moins je suis de ceux-làrubus-goldenvale-cokburnianus-3.jpg

Si de nombreux  pépiniéristes la conseillent en plante isolée, j'y reconnais une grande qualité à nuancer dans un massif. La planter dans un massif demande de choisir des végétaux capables de se mélanger, de supporter sa présence et son invasion. Il lui faut trois ou quatre ans pour devenir forte et mature. L'implanter dans un massif c'est  choisir les tiges et les directions souhaitées dans le massif pour jouer de la taille. Un massif comme protégé en hiver par son branchage blanc lumineux, l'été la douceur de la nuance du jaune. Des bulbeuses au printemps pour révéler les bourgeons naissants. Le blanc des  tulipes fleurs de lis pour intensifier l'aspect lumineux de la scène. Aux nuances des ancolies bleues sauvages des alpes  pour électrifier le printemps. Un mélange en mai d'un rouge d'un rose vif d'une azalée Japonaise pour perdre toute mesure. Une fin d'été avec une belle plante de Chine comme celles que propose Sous un Arbre Perché. Feuillage ou fleurs ce Rubus cockburnianus goldenvale éveille en nous une envie de jardiner.rubus-goldenvale-cokburnianus.jpg.

 

Etre un jardinier qui laisse pousser ou être un jardinier qui contrôle? Une plante qu'on aime comme un coup de foudre. Une plante qui pousse si agréablement qu'elle est capable de supporter un sol très sec et pauvre comme ingrat en exposition. Je lui préfère un sol riche où la croissance des tiges est recherchée, la plus longue possible comme si elle cherchait à recouvrir le massif. Comme si je confectionnais un centre de table  en jouant de son feuillage comme garniture. Si le jaune vert des fleurs des Euphorbres characias se répond avec les jaunes de feuilles, la bleutée du feuillage avec des sédums en automne est aussi des plus intéressants.ronce-d-ornement-jaune-bois-blanc.jpg Une plante qui aime les autres plantes Une raison de lui trouver une place dans le jardin. Elle pousse comme il faut et se contrôle facilement au jardin. Pour cela suivre la même méthode culturale que pour les groseilliers. Couper les tiges après la floraison, ce qui incite la formation de jeunes pousse. Elle reste à sa place même après plusieurs années. rubus-goldenvale-cokburnianus-3-copie-1.jpg

En cette saison elle se présente par son bois blanc. Pour sa multiplication février est un mois parfait, celui du nettoyage des massifs. Prélevés des jeunes drageons de 30-40  centimètres avec des racines pour obtenir rapidement une belle plante. Cette multiplication se fait aussi toute l'année mais demande de l'arrosage et de la surveillance. En février une simple mise en pots en période de repos, assure une reprise rapide, pour être  belle en été. Elle supporte le soleil comme la mi-ombre. Une plante facile, qui pousse rapidement, qui résiste à tous nos hivers, qui ne connaît pas de ravageurs, de maladies, une plante miracle!  Une plante que l'hiver nous rappelle de ne pas l'oublier, qu'elle nous sera apporter beaucoup de plaisir au jardin. Une plante qui fait aimer le jardinage. 

Commenter cet article